Une ambiance présente un ensemble de sensations qui décrivent un espace précis

Une ambiance présente un ensemble de sensations qui décrivent un espace précis, pendant une durée précise d’un jour ou d’une année. Ces sensations peuvent être associés à un confort, une joie, un dynamisme, l’ennui, la sensation d’insécurité et autres… L’ambiance est liée au quotidien, à nos émotions. Tout le monde ressent une ambiance, elle est présente partout, dans tous les lieux. C’est une notion qui s’échappe à toute définition. Elle est liée presque a tout : lumière, sons, couleurs…
En architecture, crée une atmosphère signifie que l’architecte, à travers sa production sur les formes et les matériaux, peut conduire à une expérience sensible déterminée à l’avance lors de la conception. L’architecte crée une ambiance à chaque espace, car chaque espace présente des ambiances différentes.
C’est vrai que l’architecte crée les ambiances, mais ce dernier tend à étudier le comportement de l’usager afin de lui fournir une ambiance qui lui est convenable. Donc l’architecte doit concevoir une ambiance propre à l’usager et non pas à lui-même. L’ambiance doit être étudiée sous une dimension collective et non pas personnelle. Donc c’est la production d’un concepteur c’est-à-dire l’architecte et l’objet reçu par un récepteur c’est-à-dire l’usager de l’espace.
L’ambiance est alors les produits de sons, de formes, de couleurs, de matériaux, des lumières et d’éclairage qui vont aboutir au confort et au bien-être de l’usager. C’est à cause de cette ambiance crée par le concepteur que l’usager va sentir le chez-soi chez lui.

Jim Rohn a dit une fois: “Whatever good things we build end up building us”. Cette citation nous indique que l’architecture que nous construisons nous même va créer notre personnalité et notre intérieur. Avant tout, l’architecture déterminerait l’ambiance et l’ambiance va faire place à notre confort et aise à l’intérieur de nos propres résidences. Donc, architecture, ambiance, personnalité sont trois différents sujet mais dépendant l’un de l’autre.

We Will Write a Custom Essay Specifically
For You For Only $13.90/page!


order now

Ces trois éléments sont donc en relations l’un avec l’autre. L’ambiance d’un espace et assurée pas l’architecture et le programme de cet espace qui va à fur et à mesure influencé sur la personnalité de la personne. Plusieurs éléments et facteurs dérangent les personnes dans leur milieu de vie, le plus important c’est le phénomène de stress.
Le stress est un phénomène qui touche toute personne dans tous les milieux. Il se rencontre dans les trois cercles de la vie : professionnelle, sociale et familiale. Plusieurs facteurs et surtout au Liban déclenchent l’état de stress parmi ces facteurs on peut citer les facteurs de crises politiques et économiques, les menaces militaires, le lourd bagage des post-traumatismes de guerre, l’augmentation de coût de vie, le problème d’embouteillage, les problèmes au sein des familles, des problèmes liés au travail…
Tout la population peut être en état de stress, 13% ont un faible niveau de stress. Les adultes sont plus touchés que les jeunes, les femmes sont plus touchées que les hommes (28% contre 20%). 22% des jeunes entre 20 et 30 ans souffrent de dépression et enfin les travailleurs et surtout les salaries sont en état d’hyper stress avec un pourcentage de 24%.
Le sujet qui va être traiter c’est la gestion des ambiances des espaces de travail afin de faire face au stress. Le stress au travail concerne la plupart de la population, vu que la population active englobe les personnes âgées entre 15 et 64 ans. Chaque personne dans le cadre professionnel souffre du phénomène de stress à cause de plusieurs facteurs au sein d’une entreprise ou d’un autre milieu de travail. Ces facteurs sont principalement en relation avec la productivité de l’employé, le support des supérieurs, et le degré de contrôle de ces derniers. Ces trois facteurs peuvent conduisent à une forte pression sur les travailleurs surtout s’ils ne sont pas des travailleurs indépendants qui travaillent pour leur propre compte. En dérivent les autres facteurs tel que le temps de travail au sein de l’entreprise qui occupe un problème majeur pour tous les travailleurs libanais et peut conduire à des problèmes au sein des familles en général. De là apparaît le problème et l’enjeu de la recherche. D’après l’écrivain et le sociologue Pierre Naville on peut affirmer que : “le temps de travail devient l’enjeu le plus serré de la vie sociale …, parce qu’il divise nos sociétés en temps de travail et temps hors travail, faisant de cette frontière l’enjeu de luttes sociales que chacun tente de tirer à son avantage”. Vu le problème des horaires de travail au Liban qui ont créé des obstacles entre familles et amis et ont limité toutes sortes de relations hors travail les travailleurs ne trouvent jamais un temps libre durant lequel ils peuvent s’amuser et passer du temps sans avoir le souci de travailler. Cette situation va sûrement conduire à un état de stress étant donné que les gens ne se contentent que de leur boulot et ne pense qu’à ce qu’il va accomplir comme travail le lendemain dans son bureau. Par exemple, un employé qui travaille dans une banque est engagé à travailler 12 heures par jour, de ce fait il n’aura plus de temps à exercer ses activités et ses hobbies. De là se pose la problématique : comment gérer l’ambiance des espaces de travail afin de faire face au stress ? C’est-à-dire comment permettre aux travailleurs, salariés ou indépendants, d’associé entre temps de travail et temps social et d’assurer leur bien-être dans leur milieu de travail ?
En ce qui concerne le problème du règlement et de la gestion des ambiances afin de faire face au stress, plusieurs projets et stratégies ont été mis en place afin de faire face à ce phénomène. L’un des projets le plus connu est le projet de ” Get Reset ” qui consiste à l’emplacement de plusieurs modules de différentes formes et fonctions qui aident les travailleurs à régler leur problème de stress dans les milieux de travail. De même, la plupart des travailleurs réclament que se sentir à l’aise au travail, de manière plus précise se sentir à la maison revient à l’environnement et à l’ambiance des milieux de travail. D’où la création des espaces de “Co-Working” dont le but principal c’est la domiciliation et le sentiment d’appartenance et de coopération entre les membres et les travailleurs. Cet écosystème va peux être contribuer à rompre le sentiment de stress et d’isolation au sein de cette entreprise.
La création des espaces de “Co-Working” et la réalisation d’un écosystème pourrait être la réponse et la solution au problème de stress et du sentiment de malaise dans les espaces de travail. Pour cela, adopter ce système, l’écosystème, au sein de ces espaces contribuera à régler plusieurs problèmes en relations avec le stress et l’environnement de travail.
L’objectif de cette recherche est donc l’assurance d’un espace de travail dans lequel l’élément c’est-à-dire les travailleurs ou l’employer va se sentir chez lui, dans sa propre bulle loin de tout dérangement et de toute négativité qui pourra faire nuisance à sa santé, sa famille, sa productivité et son statut.
Donc, la création et l’adoption des espaces de “Co-Working” dont le but est de rompre la solitude entre les travailleurs surtout les indépendants qui travaillent pour leur compte, et assurer les services de domiciliation et toutes sortes d’activités dont les travailleurs exercent et en ont besoin serait la meilleure solution pour faire face à toutes sortes de problèmes au sein des milieux et des espaces de travail. De ce fait, les employer vont se sentir à l’aise vu les services et l’environnement assurés au sein de cet espace. La rupture entre le temps de travail et le temps social va disparaitre, les travailleurs vont être capable d’assurer en même temps tous leurs besoins du côté financier, social, familiale… Plus il se sentiront à l’aise et relaxés loin de tout état des stress, plus ils produiront, leur productivité va augmenter et vice versa.
La méthodologie qui a été suivie c’est toutes sortes d’articles en rapport avec le problème de stress au Liban, de même que le stress au travail et tout ce qui est au niveau profession tel que les espaces de travail, les espaces de “co-working”…
Outre que des articles, des statistiques qui nous indique le vrai nombre et la réalité de ce phénomène de stress au Liban qui peut toucher à peu près toute la population libanaise.
De ce point de vue, ce sujet va être développer via plusieurs perspectives en relation avec le stress au travail ses causes et ses conséquences sur les différents types de travailleurs. Les espaces de “co-working” et leur développement au Liban et l’envergure du problème de centralisation qui va avoir plusieurs conséquences sur les différentes villes et village du Liban et ses habitants.
Ma recherche touche à peu près le trois quart de la population. La population ciblée c’est les travailleurs indépendants vu qu’ils sont les plus à travailler dans les espaces de “co-working” et sont sûrement touchés par le stress vu qu’ils travaillent pour leur propre compte. Les petites et moyennes entreprises afin de leur crée des emplois durables dans certains secteurs. Les chômeurs qui sont des freelances ne trouvant pas de travail et sont en état de chômage à la recherche d’un emploi. Et enfin, les femmes qui possèdent trois vies dans ses vies : celle de maman, celle de femme et celle d’épouse.
Ces quatre cibles sont les plus touchés par le phénomène de stress vu leur état au niveau travail et profession. La question de recherche serait en rapport avec ces quatre cibles afin de leur procurer un environnement sain loin de tout stress et malaise dans le but de se sentir chez eux.

D’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) “le stress lié au travail est l’ensemble des réactions que les employés peuvent avoir lorsqu’ils sont confrontés à des exigences et à des pressions professionnelles ne correspondant pas à leurs connaissances et à leurs capacités et qui remettent en cause leur aptitude à faire face”.
1.1. Les facteurs du stress au travailEn travaillant et en étant au sein d’une entreprise ou d’un espace de travail, l’individu ou le travailleur, salarié ou indépendant se sent parfois inconfortable et stressé dû au travail, aux exigences du travail et les tâches à accomplir durant la journée, pour la semaine et pour le reste de leur vie.
Le stress n’est pas seulement relié aux tâches lesquelles doivent être accomplis par le travailleurs mais, plusieurs facteurs contribuent au stress et au sentiment de malaise au sein du milieu de travail.
Trois facteurs principaux conduisent à un état de stress : tout d’abord, la pression de la productivité, ce facteur est directement lié à la quantité des tâches à exécuter et à accomplir durant la journée et la semaine. L’individu se sent pressé et incapable d’accomplir ces travaux pour enfin les présenter à ses supérieurs dans l’entreprise, de même lorsque son directeur lui demande quelques travaux à accomplir et n’en serait pas capable de les terminer à temps. Dans ce cas il serait dans une situation de stress.
Ensuite, le degré de support est un deuxième facteur en relation avec le stress, un certain support et soutien de la part des supérieurs doit être indispensable dans une entreprise. Par exemple, un employé doit avoir un certain degré de motivation de la part de son chef ou patron de là il va produire plus et serait loin d’être dans un état de stress. En plus, des motivations en relation avec la promotion et la hausse du niveau du salaire serait un bon support envers les employés.
Enfin, le troisième facteur en relation avec le stress et qui déclenche cette situation et cet état c’est le degré de contrôle. Quelques directeurs et supérieurs on le souci de toujours observer et contrôler le travail et les tâches à accomplir par les employés. Cela va sûrement aboutir à un sentiment d’inconfort et de stress. Imaginez que vous êtes en train de travailler et quelqu’un est toujours là, présent et percher à côté de votre bureau. Ne serait-il pas quelque chose inconfortable et qui dérange ? L’employé doit travailler librement et en paix loin de toute distraction et dérangement. Chaque personne qui se trouve en état d’être toujours observer par quelqu’un serait inconsciemment sujet d’un état de stress. Il ne serait plus quoi faire et comment se comporter et agir face à cette situation gênante.
Il existe d’autres facteurs secondaires en relation directe avec le travail : les facteurs liés directement à la tâche et au contenu de travail à exécuter, lorsque la personne ne sait pas comment accomplir une tâche précise cela va la mettre dans un état stressant.
Des facteurs liés directement à l’environnement macro-économique de l’entreprise. L’ambiance de l’entreprise, ses relations avec d’autres entreprises, sa situation financière, le taux des gais qu’elle produit, sa situation au niveau nationale et international, le salaire qu’elle offre…
Les facteurs liés au relation de travail, les employés doivent tisser des relations hors travail peut être amicale afin de bien démarrer et bien produire. Si une personne est isolée et travaille seule elle va peut-être produire moins que si elle est en relation avec ses collègues de travail. Créer de tels relations va surement éloigner le phénomène de stress.
Des facteurs liés à l’organisation du travail à effectuer. Un programme précis doit être appliquer par les employés de façon à ce que toute personne se rende compte de ce qu’elle a à faire et à accomplir. Appliquer une certaine stratégie et un certain programme et diviser les tâches serait préférable pour éviter les malentendus et le stress.
Les facteurs liés à l’évolution sociologique, c’est-à-dire toute sorte d’évolution technique et les nouvelles technologies au sein du travail. La pénétration d’une “nouvelle culture” et une nouvelle façon de travailler pourrait exercer une pression sur les travailleurs du fait de l’apparition des choses étranges qui apparaissent pour la première fois au sein de l’entreprise.
Et enfin, les facteurs liés à l’environnement technique et physique, ces facteurs sont en relation directe avec les travailleurs et comment il se comportent les uns envers les autres. C’est une relation collègue-collègue et relation superviseur-collègue. De même, présence de toute sorte de matériaux c’est-à-dire tout ce qui est technique et en rapport avec le travail.
A côte de ces trois facteurs principaux existent des facteurs externes et d’autres.
Les facteurs externes sont en dehors du milieu de travail mais conduisent à un état de stress dans ce milieu. Nous en citons, le problème d’embouteillage qui est une routine et une habitude chaque matin. Avant d’arriver au travail l’employé serait dans une situation inappropriée au milieu où il va travailler. Ce problème d’embouteillage augmente de plus en plus chaque année au Liban d’où le cumul d’inconfort et de malaise et l’explosion du phénomène de stress.
Les problèmes financiers sont aussi un facteur important, déclencheur d’un état de stress. Chaque personne va souffrir de difficultés financières quelque fois dans sa vie ce qui va aboutir à un certain problème en relation avec la santé d’où un état de stress. Par exemple, plusieurs personnes souffrent des problèmes de santé à cause du stress venant des difficultés financières.
Les difficultés relationnelles sont aussi des éléments qui aboutissent au stress. Si un couple passe par beaucoup de problèmes envers sa relation avec le partenaire cela va créer un problème flagrant influençant sur la qualité et la quantité de travail exécuter.
Les changements de la vie majeur comme par exemple la mort de quelqu’un proche, le changement de l’habitat, la naissance d’un nouveau membre, des problèmes en relation avec le pays lui-même, une crise économique et autres facteurs. Tous ces derniers vont surement aboutir à une certaine situation de stress qui va distracter les travailleurs de leurs boulots afin de régler tous les problèmes en relation avec leur vie privée hors de leur cercle professionnel.
De là va naître un autre problème qui est l’inégalité entre le temps de travail et le temps social.

1.2. Le temps de travail et le temps socialD’après l’écrivain le sociologue Pierre Naville : “le temps de travail devient l’enjeu le plus serré de la vie sociale …, parce qu’il divise nos sociétés en temps de travail et temps hors travail, faisant de cette frontière l’enjeu de luttes sociales que chacun tente de tirer à son avantage”.
Le temps de travail prend tout le temps des individus vu que la seule source de vie au Liban c’est le travail et rien d’autre que le travail. Nul ne peut vivre une vie saine sans beaucoup travailler afin d’assurer les besoins primaires de la vie tel que l’habitat, l’alimentation, l’éducation et autres… C’est pour cela les gans se trouvent toujours au travail en train de souffrir pour assurer le minimum de leurs besoins.
Au Liban il y a un certain décalage dans la division et la durée de travail par rapport aux autres pays. Dans d’autres pays il y a un certain respect envers les travailleurs et les employés. Ce respect commence par la simple chose qui est le respect de la durée de travail.
Les heures de travail sont respectivement 10 heures par jour en Grande Bretagne, 8 heures par jour aux Etats Unis, 35 à 40 heures par semaine en France. C’est la moyenne respectée dans les pays du monde, et de là commence le respect des travailleurs, en respectant leur vie privée et sociale qui doit être pris en considération et non négligée par l’état car chaque individu a le droit de profiter dans son temps libre en dehors de tout travail pour exercer ses activités et prendre soin de ces devoirs envers sa famille.
Au Liban, les heures de travaillent dépassent parfois les 12 heures par jour, de même ils travaillent durant le weekend et n’ont pas le droit de profiter de deux jours de congé. Parfois ça arrive que les employés prennent avec eux leur boulot à la maison afin de les accomplir pour le lendemain.
Une enquête a été faite envers des employés d’une banque à propos des heures de travail au sein d’un telle entreprise.
La question était : ” Combien d’heures travaillez-vous durant la journée ? ”
Une employée qui s’appelle Desirée a réclamé que : les heures de travaillent dépassent parfois les 36 heures et arrivent jusqu’à 40 heures par semaine. Au niveau des agences la durée de travaillent commence de 8 heure jusqu’à 14 heure et parfois de 8 heure à 15 heure. Par contre, dans les départements centraux c’est de 8 heure jusqu’à 17 heure l’après-midi. Ces heures supplémentaires sont payés sous forme de tickets restaurants.
Un autre employé qui s’appelle Mounir travaille de 8 heure jusqu’à 17 heure et demi avec seulement une heure de pause. De même que les samedis, le travail s’arrête au bout de 13 heure l’après-midi. Donc au total sa devient 47 heures de travail par semaine. Sa peut parvenir parfois qu’il travaille un seul samedi sur deux mais à condition qu’il rattrape les heures de travail ratées au cours de la semaine. Cet employé serait payé en heures supplémentaires.
Une autre employée a réclamé : “En France, quand on arrive quelques minutes avant la fermeture, l’employé refuse de recevoir le client, ici, au Liban, quand un client vient, on reste, même s’il arrive au moment de la fermeture, il a besoin d’encaisser, on l’attend”. C’est un autre signe d’irrespect envers les employés et leur travail.

L’industrialisation a fait émerger un temps de travail séparé des autres temps sociaux.
“L’industrialisation est le processus de fabrication de produits manufacturés avec des techniques permettant une forte productivité du travail et qui regroupe les travailleurs dans des infrastructures constantes avec des horaires fixes et une réglementation stricte”.

C’est est un phénomène qui a bouleversé le mode de travail. Les travaux manuels et artisanaux ont été remplacé par des travaux faites par des machines. Donc le travail et la production deviennent plus délicats et la qualité des produits est devenue d’une plus haute gamme et d’une plus grande quantité qui nécessité un travail plus grand vu que le travail n’est plus manuel mais technique effectué par les machines et a besoin de plus d’observation et de fatigue.
Donc une production de masse, c’est-à-dire une production flagrante de plus grande quantité, nécessite la présence et l’omniprésence des employés et travailleurs dans leur milieu et espace de travail.
Cette industrialisation va donc créer des frontières entre vie privée et vie professionnelle. Les travailleurs seront obligés de passer plus de temps au travail qu’avec leur famille en train d’exercer plusieurs autres activités loin du travail et des problèmes de travail.
Tous les travailleurs, indépendants ou salariés sont touchés par ce phénomène d’industrialisation. De ce faite, la plupart de la population active souffre de ces frontières qui leur éloignent de leur vie privée et sociale. La balance entre les cercles familiale et sociale et le cercle professionnelle est rompue. Il n’y a plus de respect envers le cercle privé de l’homme, sont seul souci doit être en relation avec le travail et seulement le travail.
Le travail n’est pas tout dans la vie, les travailleurs doivent profiter de leur temps social et libre afin sortir avec les amis et la famille, faire le sport, exercer les hobbies et autres…
Mais les femmes sont les plus touchés à ce niveau-là, on sait tous que la femme possède trois rôles dans sa vie : celle de maman, celle de femme et celle d’épouse. La femme doit être capable d’exécuter en même temps ces trois rôles à côté de son travail professionnel.
De ce fait, le temps social et le temps professionnel se trouvent devant plusieurs frontières dont le travailleur est le seul perdant quelques soit son sexe, sa profession et son statut.
De là va apparaître une différence entre les statuts de travail qui diffèrent au niveau de plusieurs points.

1.3. Freelancer Vs Salarié
Les statuts de travail diffèrent d’un travailleur à un autre, certains pensent que travailler pour leur propre compte est plus bénéfique alors que d’autres disent que travailler dans un statut d’employer est plus sécurisé.
On est donc devant deux pôles et statut différents. Celui d’un travailleur indépendant et d’un employé.
Devant ces deux statuts différents existent des problèmes et des avantages diversifiés. Le statut d’un freelance n’est pas assez facile de même que celui du salarié.
“Le travailleur salarié est la personne qui est liée par un contrat de travail et qui accomplit un travail sous l’autorité d’un employeur contre paiement d’une rémunération”.

Alors que “le travailleur indépendant est toute personne physique qui exerce une activité professionnelle pour laquelle elle n’est pas liée par un contrat de travail ou un statut”.

Voici quelques avantages et inconvénients des travailleurs salariés et indépendant.

Les avantages d’un freelance sont : la gestion du temps de travail, il travaille ce qu’il souhaite avec les clients qu’il souhaite, il travaille pour lui-même et non pour les autres il est maître de son travail puisqu’il il n’est pas lié à un contrat de travail, la variété dans les tâches ce qui lui prévient des routines.
Les inconvénients du freelance : c’est vrai qu’il gère son temps mais il travaille beaucoup, mieux vaut créer une entreprise pour ne pas arriver à la situation de chômage.
Les avantages d’un salarié : une sécurité plus grande vu qu’il est adhéré à la caisse d’assurance de maladie, le salarié va avoir son salaire à la fin du mois, le salarié n’a pas le temps à apprendre vu qu’il est dérangé par les autres.

Les inconvénients du travailleur salarié : le salarié n’est pas maître de son travail contrairement au freelance, les tâches qui a à exécuter sont répétitifs et habituelles d’où le concept de routines.
C’est vrai que le freelance est plus libre que le salarié et que le salarié a un statut plus sécurisé que le freelance mais ça ne veut pas dire que l’un est meilleur que l’autres les deux ont des avantages et des inconvénients.
Des récentes études montrent que tous ceux qui exercent des professions libérales sont les plus stressés. Du fait que leurs vacances sont trop courtes, ils ne se reposent pas, ils travaillent toujours parfois le soir à la maison.
De même, les maladies ne les empêchent pas de travailler, ils travaillent malgré leur état afin d’assurer ses propres besoins.
N’oublions pas que les artisans sont des travailleurs indépendants qui travaillent pour leur compte. Ces derniers sont confrontés à la pénibilité ce qui va évidemment conduire à un état stressant suivant le marché artisanale et ses besoins.
C’est vrai que le freelance est plus libre que le salarié vu qu’il n’est pas lié au travail par un contrat de travail, et qu’il travaille pour son propre profit loin de tout employeur et ses directives de travail. Il n’a de même pas des jours et des horaires de travail précises. Mais ce derniers doit satisfaire les besoins de ses propres clients en travaillant plus pour répondre à tous leurs demandes exigeantes.
Le salarié a un statut plus sécurisé que le travailleur indépendant du fait que quel que soit le degré de sa productivité, il va tôt ou tard recevoir son salaire à la fin de moi. Alors que le freelance doit rester toujours à la recherche des clients pour toucher un minimum d’argents qui puissent lui assurer tous ses besoins vitaux.
Le freelance n’a pas de collègues de travail, vu que ce dernier ne travaille pas au sein d’une entreprise dans laquelle se trouve un réseau de connexion et de communication entre les employés. Au contraire, il travaille seule, parfois à la maison, d’autres fois dans un café ou un restaurant. Avoir des collègues de travail aide les employés à dépasser le temps dans le travail, de même il aide les gens à communiquer les uns avec les autres afin de s’entraider à exécuter différentes tâches. La présence de ces relations dans le travail est un phénomène important afin de faire face à tout problèmes de stress.
La caisse d’assurance de maladie n’est pas la même chez les freelances et les salariés. Le salarié tire plus de profits quand il tombe malade vu qu’il est protégé et “sous le toit” d’une entreprise qui peut lui assurer la totalité de ses droits s’il lui arrive un certain accident de santé vu qu’il est adhéré à la caisse d’assurance de maladie alors que le freelance doit s’adhérer à une assurance privée puisqu’il travaille pour son propre compte.
Et enfin, le freelance n’a pas de congés payés. Contrairement au salarié, le freelance doit toujours épargner de l’argent s’il souhaite partir en vacance alors que le salarié est payé pour ses congés.
Chacun de ces deux statuts est soumis à toutes sortes de facteurs provoquant le stress vu qu’ils sont membres de la population active.
De là va commencer la recherche d’espaces de travaillent répondant à toutes sortes de demandes venant de la part des travailleurs qu’ils soient des freelances ou des salariés afin de limiter les problèmes en relation avec les stress. Ces espaces doivent être loin de tout sentiment de malaise et de dérangement. Le travailleur doit se sentir chez soi dans ces espaces afin de produite plus et être en bonne forme.
“Le Co travail (terme officiel en France) ou l’anglicisme coworking, ou parfois bureaux partagés est un type d’organisation du travail qui regroupe deux notions : un espace de travail partagé (basé sur une configuration en espace ouvert), mais aussi un réseau de travailleurs encourageant l’échange et l’ouverture. Il est un des domaines de l’économie collaborative et est souvent présenté comme un contexte favorisant l’innovation.Les espaces de Co travail sont en pleine expansion et jouent un rôle important en favorisant la structuration d’un véritable réseau de Co travailleurs facilitant échanges directs et travaux du net, coopération et créativité”.

2.1. A propos des espaces Co-working (concept des espaces de co-working)Le mot “CO-WORKING” est d’origine latin et est constitué de deux partie. Le préfixe Co- désigne du latin “cum” c’est-à-dire “avec” il indique de même de nombreux mots tel que la collaboration, l’association, l’affiliation. Le mot “working” désigne “travailler”.
Donc le terme “CO-WORKING” c’est-à-dire “travailler ensemble”.

L’origine du mot “co-working” a été inventé par l’écrivain et le designer de jeux Bernie de Koven. Ce phénomène et ce type de travail ensemble, s’est développé à partir des années 2005. Son développement a commencé et a pris son ère des Etats Unis, puis s’est étendue en France.
Ce système de travail aide à l’échange et à l’ouverture. C’est un réseau qui englobe beaucoup de nouvelles conception et d’ouverture. Cette ouverture se fait au niveau des travailleurs qui vont profiter de nouvelles choses et de nouvelles informations au sein de leur milieu de travail.
Ce type de travail regroupe en général les travailleurs indépendants, les freelances, ceux qui travaillent à distance en relation avec le monde des arts, informatique ou digital.
Pour le définir donc, le co-working c’est un écosystème. L’écosystème c’est “un ensemble formé par une communauté d’êtres vivants en interrelation (biocénose) avec son environnement (biotope).

Ce genre de bureaux et d’espaces sont généralement concentrés là où il y a une densité de la population c’est-à-dire dans les villes, le caractère de ces espaces c’est la flexibilité et l’accessibilité, c’est un endroit de travail caractérisé par la connexion, l’ergonomie, le social et le professionnel. Travailler dans de tel espace veut dire qu’il n’y aurait plus des maux en relation avec la solitude du travail à domicile.
2.2. Pourquoi créer les espaces de Co-Working ?
Les espaces de co-working ont été créer pour plusieurs raisons.
Le co-working c’est une nouvelle manière de travailler puisque les travailleurs ne se trouvent pas prisonnier dans leur bureau afin d’accomplir plusieurs tâches dont leur supérieur les a confiés. Les travailleurs se retrouvent ensemble l’un à côté de l’autre en train de se connectés les uns avec les autres en partageant leurs connaissances et leurs informations. De même, l’entraide entre les travailleurs est présente, le partage des espaces tel que la cuisine et autres. Dans ce genre d’espace existe l’usage à la place de la possession.
Les ressources et les espaces ne sont pas propre à une personne précise, au contraire c’est à tout le monde. Un jour un certain bureau serait louer par une personne, un autre jour une autre personne va le louer de même que pour les salles de réunion et de conférence.
Ensuite, s’ouvrir sur l’extérieur c’est une autre caractéristique de ces espaces, du fait que les travailleurs travaillent ensemble et partagent tout avec les autres donc c’est une sorte d’échange et d’ouverture, c’est le fruit d’un écosystème.
L’optimisation de l’utilisation des ressources, les travailleurs ne tentent pas seulement à travailler dans leur bureau, au contraire ils peuvent profiter des autres espaces existant dans ces espaces tel que les salles de réunion, les salles de conférence, la petite cafète, la cuisine et plusieurs autres espaces et services se trouvant dans ces espaces.
Donner une autre image est le but de ces espaces de travail, les travailleurs commencent à travailler d’une autre manière qui est nouvelle de même l’environnement dans lequel ils travaillent aura un sens, de ce fait les travailleurs produiront plus.
Le fait de travailler dans cet espace c’est la sortie d’une culture silo, de ce fait, il n’y aura plus d’ordres ni d’hiérarchies entre les travailleurs. Chaque personne a son propre statut à elle-même loin de tous ordres. Personne n’est responsable de l’autre chaque personne a ses propres responsabilités et affaires puisque les espaces de co-working englobe différents travailleurs de différents statuts, donc pas d’hiérarchies, pas d’horaires précis, pas de bureau de travail ordinaire.
Limiter les déplacements pendulaires, les espaces de co-working se trouvent généralement dans les villes, donc il y a eu un écart entre le milieu de travail et le milieu de vie des travailleurs. De ce fait, il y aura production des heures de transports qui seront perdues des heures de travail, le stress serait omniprésent à cause de l’embouteillage. De plus, les travailleurs n’auront jamais le temps d’être avec leur enfants et s’occuper d’eux.
Les espaces de co-working sont une nouvelle manière de travailler du fait qu’ils sont plus professionnels que les bureaux à la maison, aidant les indépendants à travailler de même que les salariés parfois afin de travailler près de chez eux quand ils souhaitent.
2.3. Critiques des espaces de Co-working.
Les espaces de Co-working sont partout dans le monde. C’est devenue une nouvelle manière de travailler. Plusieurs personnes préfèrent travailler dans de tels espaces afin d’éviter la solitude du travail à domicile, le travail dans des bureaux qui mènent aux routines.
Cette nouvelle conception est positive mais elle comporte des inconvénients. Les espaces de co-working ont été critiqués da manière positive et négative en même temps.
Le travail dans ces espaces peut être convenable et relaxant vu que tout genre de problèmes en relation avec le stress vont disparaitre de manière que les travailleurs vont s’ouvrir sur les autres, être loin de tout sentiment d’isolement, profiter de la location des bureaux à des prix modérés, tisser de nouvelles relations avec les collègues vu l’ambiance conviviale, profiter des autres travailleurs et collègues afin d’enrichir leur projets vu la diversité des points de vue, participer à toutes sortes d’évènements organisés par ces espaces.

Parmi les points positifs : les espaces de co-working se caractérisent par une
grande flexibilité. Dans ce genre d’espace tous les travailleurs sont en contact les
uns avec les autres, vue que ce genre d’espace est un “open space”. Les
travailleurs profitent de leurs collègues à propos du travail, ils mangent ensemble,
parlent ensemble…
Les travailleurs peuvent profiter de la réduction des couts puisqu’ils ne travaillent pas dans leur propre entreprise au contraire, les travailleurs louent des bureaux de travaillent pour des durées précises, ils profitent des salles de conférence, des salles de réunions, des ressources tel que les imprimeries, des papiers, de la connexion internet.
Rompre le sentiment d’isolement est un autre point positif des espaces de co-working, le travailleur au lieu de travailler tout seul, peut louer un bureau dans cet espace afin de sortir de sa maison et travailler à l’extérieur où il va faire des relations avec d’autres personnes qui partagent les mêmes intérêts que lui. Travailler tout seul peut créer un sentiment de stress et de malaise chez les travailleurs suite à l’encombrement des tâches à exécuter. Par contre, être dans un environnement où il y a des relations entre les collègues peut être la solution à plusieurs problèmes. De ce fait il y aurait une ambiance conviviale entre les travailleurs qui pourrait affecter le comportement des travailleurs d’une manière positive. Des relations amicales et festives seraient tissés entre les collègues de travail.
Travailler dans un cadre favorable au travail c’est-à-dire travailler dans des espaces de co-working. Le travail dans ces espaces est propice et meilleur vu que la plupart des travailleurs indépendants préfèrent passer dans des cafés afin de travailler et avoir des nouveaux clients pour ne pas s’isoler dans leur domicile où c’est l’ennui et le clos total d’où la création du concept de co-working dont le but principal est de rompre l’isolement.
Les travailleurs vont certainement enrichir leurs projets grâce à la divergence et la diversité des profils et des collègues. Vu la différence des domaines et la divergence des travailleurs et de leur statut, chaque travailleur peut profiter de la diversité des idées de ses collègues afin d’arriver à la création d’un projet original et spécial vu que chaque individu a son propre point de vue et ses propres idées et manières de pensée.
Les espaces de co-working organisent généralement des évènements pour les travailleurs afin d’animer le travail au sein de ces espaces. Donc les travailleurs peuvent profiter de ces fêtes afin de sortir des devoirs en relation avec le travail et s’amuser un peu.
Ces nouveaux espaces de travaillent peuvent être la solution à plusieurs problèmes en relation avec les trois cercles de la vie : familial, social et professionnel. Mais être dans ces espaces peut aussi créer plusieurs problèmes au sein de ces espaces.
Parmi ces les inconvénients des espaces co-working :
Les nuisances sonores, les espaces de co-working sont généralement des “open space”, il existe des bureaux privés mais la plupart des bureaux sont consacrés pour les travailleurs dit nomades, c’est bureaux se trouvent dans la partie “open space”. De ce fait et à cause de cette conception de “l’open space” les travailleurs se trouvent dans une situation désagréable vu les nuisances sonores qui proviennent de tous les travailleurs se trouvant au sein de ces espaces. Pour travailler, les individus ont besoin d’un environnement calme et agréable et c’est tout à fait le contraire des espaces co-working. Les individus vont donc louer des bureaux privés afin de profiter du calme.
Le manque de confidentialité au sein de ces espaces. Certains domaines et par leur nature ont besoin d’une certaine intimité. Par exemple, le métier d’avocat doit éviter toute sorte de transparence, des choses privés doivent être respecter. Le client attend à ce que son avocat garde les informations privées. Dans ces espaces, la confidentialité n’existe pas, vu la nature de cet espace qui est un espace ouvert où tous les travailleurs peuvent entendre et savoir tout ce qui se passe. Dans ce cas, l’avocat doit louer un bureau privé pour maintenir le sentiment de confidentialité. Ce genre d’espace convient à des mà des métiers et des domaines qui n’ont pas besoin de privatisation tel que les architectes, les designers et autres…
Les espaces de travail dans ce grand espace sont parfois étroits et ne répondent pas à tous les métiers. Par exemple, les architectes ont besoin d’un grand espace afin d’exécuter plusieurs tâches en relation avec leurs projets tel que les maquettes d’études, les plans… Il faut prendre compte de la nature des domaines afin d’assurer les services convenables au locataires.
La perte de temps est un inconvénient principal au sein de ces espaces, les travailleurs et vu les relations conviviales qu’ils ont tissés avec leurs collègues tentent à rejeter leurs tâches et travail à accomplir pour perdre le temps à parler et discuter avec les autres, de même la présence d’un espace café au sein des espaces de co-working peut aboutir à une perte de temps si chaque minute plusieurs collègues vont se rencontrer afin de boire ensemble un café.
Un autre point négatif, les espaces de co-working ont un problème avec les horaires du côté du manque des espaces disponibles. Par exemple, si un travailleur a besoin de louer une salle de réunion et que cette salle est déjà louée par une autre personne ça va procurer un problème flagrant. De même que pour la location des bureaux privés et des salles de conférence. Un espace de co-working ne peut comprendre qu’un nombre précis d’espaces au service des travailleurs et ne peut pas répondre à tous les besoins des individus.

Apres une certaine durée, les travailleurs ne peuvent pas rester toute leur vie à travailler dans les espaces de co-working, ils doivent finalement avoir leur propre bureaux ou entreprise afin de laisser un tour aux générations futurs. Les espaces de co-working ne vont pas répondre aux besoins des travailleurs indépendants le long de leur carrière c’est pour cela il y aura une possibilité du besoin d’ouvrir un propre local après un certain temps.
Le principal inconvénient des espaces de co-working c’est la centralisation de ces espaces. La plupart des espaces de co-working au Liban se trouvent à Beyrouth la capitale. Les travailleurs qui habitent loin de cette ville vont trouver des difficultés pour accéder ces espaces du fait du problème du trajet et le suit le problème d’embouteillage et surtout au Liban. Les travailleurs qui habitent loin de Beyrouth et ses banlieues ne peuvent pas donc profiter de l’existence de ces espaces et des services qui présentent.
2.4. La centralisation des espace Co-Working.

La centralisation c’est “réunir ou de rassembler plusieurs choses dans un centre commun ou de faire que des choses différentes dépendent d’une autorité centrale”.

La centralisation existe partout dans le monde et surtout au Liban, les services se concentrent dans les villes et plus principalement à Beyrouth. Les services d’éducation, d’hospitalité, de transport et surtout les services de travail n’existent qu’aux villes. Rares sont les services qui peuvent être assurés dans les villages et les milieux ruraux loin de la capitale. C’est le problème principale du manque des besoins des habitants des milieux ruraux.
Les espaces de co-working au Liban se trouvent dans les villes et surtout à Beyrouth. Ces espaces de co-working sont apparus à cause de l’augmentation du nombre des travailleurs indépendants, les travailleurs au Liban préfèrent travailler pour leur propre compte afin d’être libre et loin d’être relié à leur travail par un contrat de travail. C’est pour cela que le Liban a passé par une période où les espaces de co-working ont explosé et surtout à Beyrouth.
Les espaces de co-working au Liban sont nombreux, parmi ces espaces : “The subamrine”, “Antwork”, “Mindlie”, “Forward LB”, “The olive grove”, “GDG coast lebanon”, “Alfa headquarters – parrallel towers”, “Beit waraq”, “Kohl journal”, “Bestseller”, “Neopreneur”, “Beirut digital district”…
La plupart de ces espaces sont à Beyrouth. Les travailleurs indépendants n’habitant pas dans les banlieues de Beyrouth ne peuvent pas arriver pour louer un bureau ou une salle de conférence. S’ils arrivent, ils arriveront stressés à cause du problème d’embouteillage qui touche tout le Liban.
Parmi les espaces de co-working à Beyrouth, trois espaces ont été étudiés.
Tout d’abord “Antwork”, cette année “Antwork” a fêté sa première année. Cette espace a comme slogan “hub for the independent workforce”. Cet espace de co-working est fait pour les entrepreneurs qui travaillent pour leur proper compte, les pigistes, les personnes créatives, les écrivains, tous les domaines en rapport avec l’art, l’architecture, et le design. “Antwork” aide les travailleurs à progresser “power”, “connect”, “grow”. Cet espace va permettre aux travailleurs d’avoir le pouvoir en travaillant ensemble et en se connectant et créant des relations l’un avec l’autre pour enfin grandir et se développer au niveau marché de travail.
“Antwork” offre plusieurs services : des bureaux privés, des salles de réunion, des salles de conférence, un jardin, une cafète, une cuisine, des espaces de fêtes et d’évènements, une terrasse. Tous ces services qui se trouvent dans cet espace de travail vont contribuer à l’épanouissement des travailleurs vu que cette espace va devenir comme leur chez soi où existent tous les services qui en ont besoin afin de se sentir à l’aise dans leur milieu de travail.
A côté de ces services, “Antwork” possède un certain programme de location de ces espaces. Pour un travailleur nomade, louer pour une seule fois un bureau c’est gratuit. Pour une seule journée c’est 12$ par moi. Pour un voyageur, deux jours à 22$ par moi. Pour un travail occasionnel de cinq jours c’est à 50$ par moi. Un temps partiel de douze jours 100$ par moi. Pour un travailleur qui travaille à plein temps de 24 jours le prix de location serait 188$ par moi.

Pour les salles de réunion, pour une demi heurs 7$ par moi, pour une heure 14$ par moi, pour une réunion qui dure une demi-journée c’est à 60$ par moi, et enfin pour louer une salle de réunion pour une journée entière ça sera 110$ par moi.

“Beirut Digital District” un autre espace de co-working qui se trouve à Beyrouth. Cet espace accueil les moyennes et les grandes entreprises, et les “startups”. Le but de cet espace c’est travailler, vivre et jouer. Cet espace permet au travailleur de travailler mais en même temps s’amuser et ne pas sentir qu’ils sont dans un environnement de travail où ils sont obligés à accomplir leurs tâches à temps.
Les services dont cet espace offre sont : espace de travail ouvert “open space”, des espaces privés, des espaces pour fêtes et des ateliers, les services de technologies, un auditorium, salle de réunion, de stage et de conférences, des studios pour photographies et film, des librairies, des services d’ATM, des “mini-markets”, une cantine, un restaurant, un café, des parkings.
Vu ces services, les travailleurs vont produire plus ce qui va augmenter la productivité. Les travailleurs se sentent dans leur chez soi d’où l’effacement du problème de stress au travail.

“The Submarine” est un troisième espace de co-working qui se situe à Beyrouth.
Cet espace de même offre plusieurs services, parmi ces services : des salles d’expositions, des bureaux privés, un cabinet, un siège d’appoint, des salles de conférences, des projections HD, des services d’imprimeries, des espaces de stockages, un stand de photographie, une kitchenette, des ateliers, des salles de fêtes et plusieurs autres.

Chaque personne désir travailler dans de tel espaces qui sont différents des espaces de travail ordinaires dont leur but est de travailler toute la journée sans prendre un souffle ni s’amuser et profiter d’un temps libre et social loin du temps de travail.
Tarek Matar, un entrepreneur qui a voulu décentralisé les services et surtout les services en rapport avec le travail, a créé un espace de co-working qui s’appelle “Neopreneur” localisé à Byblos. Les travailleurs qui habitent loin de la ville et surtout la ville de Beyrouth où existent différents espaces de co-working se sentent stressés à cause de l’embouteillage ce qui va conduire à leur sortie de la ville dù à ces facteurs négatifs. Ce projet a pour but de soutenir les travailleurs indépendants et les entrepreneurs à Byblos.
Cet espace de co-working se situe donc à Byblos, et plus précisément dans l’ancien souk de Byblos, il a été donc créé dans le but du phénomène de décentralisation. Il est désigné aux entrepreneurs et aux startups qui vivent hors de la ville de Beyrouth et loin de ses banlieues. “Nous croyons dans la décentralisation” dit Tarek Matar, ce n’est pas nécessaire d’être à Beyrouth pour travailler dans un espace de co-working. Les travailleurs indépendants et les startups qui habitent loin de la ville ont le droit de travailler dans de tels espaces. Ce projet est une extension de l’écosystème vu que les espaces de co-working approchent les relations entre travailleurs et environnement de travail.
Les entrepreneurs qui habitent au nord peuvent passer dans Neopreneur afin de profiter des services qui présente sans être obligé de conduire ou de descendre à Beyrouth afin de travailler dans les espaces de co-working qui se situent là-bas.
Des projets doivent être exécutés afin de soutenir les travailleurs qui habitent au nord afin de décentralisé tous les services y compris le service principal qui est le travail.
3.1. La ville de Tripoli
“La ville de Tripoli est la deuxième capitale de la République Libanaise, elle est localisée sur une campagne étendue, des bords sont immergés par les eaux de la mer méditerranée.
Tripoli est à 80 km de la capitale Beyrouth, et à 40 km des bords de la Syrie. La ville de Tripoli est franchie par la rivière d’Abou Ali. L’histoire de Tripoli remonte à 3500 ans. Dans cette ville, plusieurs populations sont passés, parmi ces nations : les Français pendant l’époque du mandat, les Arabes, les Byzantins, les Romains, les Croisés, les Mamelouks et les Ottomans.
Tripoli est connue par son patrimoine historique, elle est riche en édifices et en ruines. A côté de ces monuments et ruines, la ville de Tripoli est riche par son patrimoine au niveau immatériel, culinaire et social. Elle se caractérise par son architecture, ses sites touristiques et ses travaux artisanaux.
Malgré la richesse que possède la ville de Tripoli, cette ville est face à plusieurs problèmes qui vont appauvrir cette ville à tous les niveaux y compris l’économie.
La ville de Tripoli rencontre beaucoup de problèmes au niveau socio-économique d’après la Fondation Safadi. De même la banque mondiale a proclamé un rapport à propos du marché de travail au Liban-Nord. Le marché du travail ne fonctionne pas au Liban-Nord et surtout à Tripoli. La ville de Tripoli est une région dans laquelle 36% de la population vit sous le seuil de la pauvreté dû à l’absence des services de travail et des emplois.
La ville de Tripoli recul en arrière au niveau économique. Le seuil de pauvreté du Liban-Nord est 27% par contre à Tripoli c’est 36%. Donc il y a un problème flagrant au niveau travail et emploi qui touche l secteur économique de la ville.
La population active du Liban-Nord entre 15 et 64 ans compte 610000 personnes dont 289000 travaillent, 321000 personnes (53%) ne travaillent pas, 85% sont employés au secteur informel, c’est-à-dire qui travaillent dans l’artisanat et les travaux manuels, 26000 (9%) sont au chômage par rapport à la moyenne nationale qui est 11%.
Face à cette réalité, le Liban-Nord et surtout Tripoli ont besoin d’une réforme à tous les niveaux : économique, social, touristique, architectural et autre…
Les travailleurs et surtout les chômeurs ont besoin d’assurer leurs besoins via l’emploi qui n’est pas fourni dans la ville de Tripoli.
Il faut rapidement trouver des solutions afin de soutenir les gens à Tripoli, parmi ces gens il faut aider les chômeurs, les travailleurs indépendants et entrepreneurs, les femmes et les petites et moyennes entreprises.
Les problèmes dont la ville de Tripoli fait face sont à cause de l’arrêt des activités au niveau de plusieurs sites désactivés. Tout d’abord le “stade de Rashid Karami”, “l’aéroport de Kleiaat”, “le port de Tripoli”, “le stade olympique de Tripoli”, “la gare de Tripoli” et enfin “la raffinerie de Tripoli”. Ces six sites dont l’activités est suspendue vont sûrement affecter le secteur économique de Tripoli. L’activation de ces sites et le travail dans ces sites va permettre la prospérité de nouveau de la ville de Tripoli. Si ces sites vont être exploités de nouveau, de nouveaux emplois vont être créé ce qui va permettre l’effacement du problème de chômage et soutenir les entrepreneurs et les petites et moyennes entreprises et principalement les femmes qui sont parmi la population active mais sont en situation de chômage à la recherche d’emplois.
La banque mondiale estime que le Liban-Nord doit créer environ 8000 travaux d’ici jusqu’à 2025 afin d’aider la population active qui chaque année augmente vu le développement démographique et l’augmentation des gens au sein de cette ville qui est la deuxième capitale de la République Libanaise.
De ce fait la fondation Safadi exige le soutien des petites et moyennes entreprises, des personnes qui travaillent pour leur compte, les femmes et les chômeurs.
3.2. Les besoins des jeunes travailleurs à Tripoli
Les jeunes travailleurs à Tripoli ont besoin d’un soutien de la part de l’état afin de sortir de cette situation de chômage vu l’inactivation de plusieurs sites qui peuvent aider à la prospérité de Tripoli et de même l’absence des emplois qui peuvent être la solution à tous les problèmes économiques de cette ville.
Un club entrepreneurs a été créer au sein de Tripoli afin de soutenir les entrepreneurs de cette ville. Ce club comprend des programmes et des activités qui aident les entrepreneurs et les startups à accélérer au niveau entrepreneurial et au niveau du travail afin d’assurer tous leurs besoins vitaux.
Les activités de ce club ne soutiennent pas seulement les entrepreneurs qui sont au niveau marché de travail mais aident à la formation des étudiants seniors et des diplômés afin de les préparés à l’entrée au marché de travail et être prêts à se tenir face à tout ce qui concerne marché de travail. Ce club cueille directement les jeunes qui sont encore en situation d’éducation afin de soutenir et prospérer la ville de Tripoli.

De là, il faut créer 30000 emplois afin de soutenir les entrepreneurs et les jeunes. De même, il faut soutenir les secteurs économiques afin d’aboutir à la richesse de la ville de Tripoli en activant de nouveaux tous les sites dont l’activité a été suspendue et en soutenant le patrimoine culturel de Tripoli à tous les niveaux.
Ensuite, la création d’une zone économique tout près du port afin d’aboutir à l’attraction des investisseurs et des entrepreneurs qui vont arriver et investir leurs projets au sein de cette ville ce qui va aider à la prospérité et au développement de cette ville.
Maintenir le développement des startups innovants en créant des programmes qui vont préparer ces nouveaux travailleurs indépendants qui sont nouveau dans le marché de travail. Des programmes en relation avec le comment travailler dans un statut indépendant, comment gérer leur travail, quelles sont les moyens qui vont aider les travailleurs indépendants à faire des gains au niveau travail…
Et enfin, ce qui est très important c’est la formation dès le début des étudiants en collaborant avec le monde universitaire et le monde des entreprises. De ce point de vue les étudiants auront une image proche de ce qu’ils vont confronter dans le marché de travail.

Plusieurs projets ont été créer dans la ville de Tripoli, le plus connu c’est “Al Warshé13” qui se situe dans la Mina de Tripoli. C’est un espace de travail qui permet aux travailleurs et designers indépendants d’exposer tous le travaux d’arts et d’artisanat. C’est un espace consacré à tous les genres d’arts et de travaux artistiques. Cet espace est un chantier permanant dans lequel les designers et les travailleurs peuvent y rester autant qu’ils veulent afin de travailler et exposés tous leurs travaux. AlWarshé13 est un lieu de création et d’échange, c’est un peu similaire au concept de co-working. Dans cet espace les travailleurs collaborent les uns avec les autres et s’ouvre les uns aux autres puisqu’ils travaillent ensemble.
A côté de ces caractéristiques, cet espace contient aussi un café dans lequel les travailleurs peuvent prendre une pause-café, de même une série d’expositions et de ventes se font à l’intérieur de cet espace.
Les travailleurs indépendants et startups de Tripoli passent leur temps à travailler dans les cafés de Tripoli afin d’éviter le travail de domicile qui peut conduire au stress et à l’ennui. Plusieurs cafés ont été créés afin de permettre aux travailleurs et aux étudiants d’en passer pour travailler ensemble. Parmi ces cafés : “Rassif Mina”, “Rassif Dam W Farez”, “The Coffee Pot”, “Kiosks”…
Ces cafés ont été construit afin de créer des relations entre les Tripolitains ce qui va aboutir au développement de la ville.